expatriation-famille-montreal-canada

CARNET D’EXPATRIÉS # 7 | RETOUR SUR LES 3 DERNIERS MOIS AVANT LE DÉPART EN FAMILLE AU CANADA

Tout d’abord, voici une petite explication sur cette absence….9 mois ce sont écoulés depuis le dernier article. J’ai écrit celui-ci 3 mois avant le jour J, pour notre expatriation en famille à Montréal. Pour situer, nous étions le 2 Avril 2020 pour l’écriture de ce dernier article, au tout début de la pandémie du Covid 2019. Bien loin d’imaginer la tournure qu’allait prendre l’année 2020, voici le récit et les explications de cette absence…

 

1 Avril 2020, 3 mois avant le départ initial

J’étais déjà en stress, notre maison était sous compromis de vente, nos effets personnels quasiment tous vendus, la date de notre vol pour Montréal était prévu pour le 1 Juillet 2020, le dossier pour l’obtention du permis d’étude d’Anthony était en suspens à cause de la Covid et nous venions de signer un bail de 12 mois pour notre appartement à Montréal…Du côté de la compagnie aérienne, ici Air Transat, celle-ci avait suspendue ses vols jusqu’à la mi- Avril. Bref. On était loin d’être zen. De ce fait, on décide donc de laisser les semaines passés et de voir l’évolution de cette situation, sans songer réellement à reporter le départ. Les frontières étaient fermées pour rentrer au Canada et seuls les travailleurs essentiels étaient autorisés à voyager à cette époque.

1 Mai 2020, 2 mois avant le départ initial

Le moral commence à en prendre un coup. La Covid aura personnellement touché notre famille, avec ses conséquences dramatiques. Nous devions partir en voyage de noce au Mexique, fêter mes 30 ans et faire un dernier break qui nous semblait bien mérité. Comme beaucoup, nos plans sont tombés à l’eau.

Air Transat a annoncé mi-avril le prolongement de la fermeture de ses vols, jusqu’à fin mai, pour finalement quelques jours après annoncer cette fermeture jusqu’au 30 juin. On commence donc sérieusement à perdre espoir de ce départ à date du 1er Juillet et la panique commence à monter. Nous devions mettre en place un plan avec logement temporaire meublé, inscription dans les écoles pour les enfants, valider les options de report de nos permis de travail et d’étude pour le Canada et trouver une solution pour notre bail d’appartement à Montréal.

Finalement, nous avons appris que les travaux avaient considérablement pris du retard et que celui-ci ne serait pas disponible avant le 1er Octobre. C’est la goutte d’eau de trop. D’un côté, c’était un soulagement, de l’autre, bornée que je suis, je m’obstinais à vouloir partir. Notre vie était sur pause depuis plusieurs mois en France pour ce départ, quitte à vivre une pandémie, autant le faire dans notre nouveau chez nous et nos futurs repères. Nous n’avions plus de meubles, les enfants et nous-même dormions sur des matelas au sol depuis 1 mois, et cela n’était pas envisageable de repousser ce départ de plusieurs mois. Nous sommes autour du 15 mai…

Qulelques dates clés:

  • 19 Mai 2020: on touche le fond de ce projet. On enchaine les apéros en terrasse, confinés, avec un moral dans les chaussettes. On commence à parler d’autres projets et d’envisager celui-ci pour l’hiver 2021 ( encore dans l’inconnu de la proportion de la pandémie). Nous avons un plan de secours pour le logement et c’est une sorte de soulagement. La signature de la vente de notre maison aura lieu dans 1 mois, et nous quitterons définitivement celle-ci en même temps. En parallèle, le gouvernement canadien annonce la remise sur le tapis d’un projet de loi concernant les conditions  d’otention de la résidence permanente. Notre projets ce pour quoi nous avons tout vendu. Mais en réalité, si ce projet passe, tout sera remis en question.
  • 22 Mai 2020: dans un moment de détresse absolu, j’envoi une demande d’exemption de voyage pour Anthony et les enfants, par anticipation que la situation bouge. Dit comme ça, cela n’avait pas de sens, mais au final, cette petite action aura fait basculer la chance de notre côté!
  • 25 Mai 2020: c’est le revirement de situation. Les astres ont dû tourné! Le promoteur immobilier responsable de notre location d’appartement nous contacte pour nous informer qu’après toutes ses semaines de négociations ( entre rupture de bail, indemnités, etc…), nous aurons finalement un appartement au 1er Juillet. L’électro-choc est là. Rien n’arrive pas hasard, telle est ma devise…Le lendemain, la compagnie de déménagement, Gallieni Déménagements, nous contacte. Ils ont une livraison à proximité de chez nous et veulent venir récupérer nos quelques affaires qui doivent partir en container. Nous n’avons pas de date certaine de départ, mais nous prenons le risque. Départ prévu de nos affaires pour leur entrepôt en France le 31 Mai.
  • 28 Mai: Le fameux projet de reforme pour les conditions d’obtentions de la résidence permanence est publié au journal officiel québequois. Le gouvernement reste très flou sur la date d’entrée en vigueur, mais légalement, cela peut être 30 jours après, soit le 28 Juin 2020… Si ce projet passe avant notre arrivée, nous serons sérieusement embêtés pour poursuivre notre vie au Québec.

On rebooste les troupes et faisons le point sur la situation:

      • Logement pour le 1er Juillet: Ok
      • Vol pour le 1er Juillet: Finalement décalé au 2 Juillet, la compagnie doit reprendre ses vols cette date
      • Fermeture des frontières canadiennes: Jusqu’au 30 Juin, sous réserve de prolongement du décret
      • Personnes autorisés à rentrer au Canada: Uniquement pour les personnes ayant un contrat de travail
      • Exemption de voyage pour le reste de la famille: Aucunes nouvelles suite à ma demande…
      • Container: Retrait des affaires personnelles prévu 7 jours plus tard à notre domicile
      • Date d’entrée possible de la reforme sur la PEQ : 28 Juin 2020
      • Stress: x 1000
      • Cigarettes : 3 par soir, avec une ou deux bières…

Vous l’aurez compris, cette nouvelle nous a remis un coup de pied aux fesses qui était nécessaire. Quelques nuits blanches plus tard, CV et lettre de motivation étaient prêtes. Une chose à la fois, sans emploi on ne pouvait rien faire.

1 Juin 2020, 1 mois avant le départ initial

Fatigue et stress sont au maximum, organisation complètement chamboulée, repères à zéro!

Mais, ce 3 Juin 2020 je signais mon contrat de travail avec une compagnie québécoise….Ce fût un énorme soulagement. Je considère la chance que j’ai eu de trouver aussi rapidement un emploi à distance en pleine pandémie. Il a fallu être toutefois être très réactif, car malgré tout, mon mari et nos enfants n’étaient toujours pas autorisés à partir.

Nous sommes en pleine pandémie, les frontières sont totalement fermées au tourisme et seuls les voyageurs avec un permis de travail valide ou à valider ainsi qu’un contrat de travail sont autorisés à rentrer sur le territoire canadien. Nous avions donc fait une demande d’exemption de voyage pour le reste de la famille le 22 Mai, sur un coup de tête. Un très long email, accompagné de 15 pièces jointes, pour justifier du caractère essentiel que nous partions ensemble dans le cas où je trouverais un emploi. Anthony a reçu les documents nécessaires pour finaliser son permis d’étude, mais les centres de collectes de données biométriques sont encore fermés en France… Sans cela, nous ne pouvons pas avancer de son côté.

Et c’est ainsi que le décompte à commencé, car le 4 Juin 2020, dans la nuit, nous avons reçu par je ne sais pas quel miracle, les 3 autorisations de voyage tant attendues pour Anthony et les enfants. J’ai pleuré tout ce que j’ai pu! Un soulagement ultime, c’était officiel, nous partions vivre au Canada dans quelques semaines! Ma date de début de contrat étant le 3 Juillet, nous devions arriver avant cette date. Le vol était rappelons-le, prévu pour le 1er Juillet…

Pour ne pas vous perdre, je vais maintenant utiliser les dates!

  • 3 juin 2020: Signature de mon contrat de travail, date de début de contrat le 3 Juillet. Nos affaires sont stockés dans l’entrepôt des déménageurs à Lille, dans l’attente de notre feu vert pour partir en container.
  • 4 juin 2020: Réception des autorisations de voyages pour mon mari et mes deux enfants.
  • 5 Juin 2020: Panique totale, nous devons être dans moins de 4 semaines à Montréal. On s’active, nous quittons la maison le 19 Juin, avec uniquement nos valises!
  • 11 Juin 2020: Douche froide. Air Transat nous annonce que la compagnie ne repartira pas avant le 23 Juillet. La décision est prise en moins de 2h, on va perdre de l’argent mais notre avenir en dépend. Par conséquent, on cherche donc une compagnie, en urgence, avec 4 places sur un vol France-Montréal, pour un départ avant le 28 Juin ( quitte à perdre des sous, autant assurer notre résidence permanente!), et qui accepte les chiens en soute. On ne dort plus pendant 24h, et finalement…Nous réservons un vol au départ de Paris, avec Air France, pour le 26 Juin…Nous n’avons pas la confirmation que notre chienne va pouvoir prendre ce même vol, notamment à cause de sa race, elle doit partir en cargo. C’est pourquoi je reviendrais sur cela dans un autre article, car c’est toute une historie à elle toute seule!
  • 14 Juin 2020: Nous avons nos 4 billets pour un départ le 26 Juin. Gao, notre chow chow est acceptée par la compagnie, on croise les doigts, chat et chien sont sur notre vol! Ce même jour, j’arrive à obtenir un place le 26 Juin à Paris, 8h avant le départ du vol, au centre de collecte de donnés biométriques, qui on réouvert. Sans ces données, le permis d’Anthony ne peut avancer et donc sa rentrée en Août sera annulée. Le lendemain, j’arriverais finalement à avoir une place au centre de Lyon, le 24 Juin. Je pense qu’on peut parler clairement d’avoir vraiment eu beaucoup de chance.
  • 17 Juin 2020: Je m’attaque à la finalisions des valises. Celle-ci devront être prête pour le 19 au matin. Je ne le sais pas encore, mais ce sera nuit blanche totale…8 valises soutes, 4 valises cabines et 2 sac à dos, cela prends du temps!
  • 19 Juin 2020: Signature de la vente de la maison, on ne réalise rien du tout!
  • 20 Juin 2020: On dit au revoir définitevement à notre maison. Celle qu’on a construit en pensant la garder toute notre vie pour nos vieux jours… Celle où nos enfants sont nés. Un petit pincement au coeur cependant nous sommes tellement content de partir que l’on tourne la page sans problème! Durant ces quelques jours, j’enchaine les commandes à Montréal pour préparer notre arrivée puisque notre appartement sera vide et nous serons confinés 14 jours…On partira vivre quelques jours chez nos parents, et dans une location. Ses derniers 5 jours passeront à vitesse grand V.
  • 24 Juin 2020: On fait les données biométrique à Lyon pour le permis d’étude d’Anthony. Le dossier est définitivement complet! Pari presque gagné, il ne reste plus qu’à attendre le fameux sésame!
  • 25 Juin 2020: Dernière nuit chez mes parents. Un mélange d’excitation et de peur… On appréhende beaucoup le voyage pour les animaux. Dernière finalisation des bagages, on fait et refait avec les derniers oublis. Nous avons eu beaucoup de mal pour maintenir les 23 kg demandés par la compagnie. 20h00, nous avions chargé la remorque ainsi que le mini van, prêt à profiter de notre dernière soirée!
  • 26 Juin 2020: JOUR J! Je répète, JOUR J! Ce départ étant bien trop épique, j’ai écrit un futur article pour immortaliser celui-ci.

On se retrouve très vite!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *