s'expatrier en famille au canada

Carnet d’expatriés # 2 | 7 mois avant le grand départ au Canada

Aujourd’hui, nous sommes le 1er décembre. 7 mois avant notre grand (nouveau) départ pour s’expatrier en famille au Canada. Durant ce mois de Novembre, nous avons mis en place celui-ci. L’excitation est encore à son comble et mon côté obsessionnel pour l’organisation a encore frappé…Pour le plus grand plaisir de mon amoureux, qui voit les choses bouger, sans trop de stress!

Tout d’abord, il y a eu l’annonce “officielle” de notre départ, en début de mois. Nos parents et quelques amis étaient déjà dans la confidence. Toutefois, pour encore beaucoup de nos proches, cela a été une grande surprise! Car oui, l’expatriation, beaucoup en parle, néanmoins, passer à l’acte est encore un autre sujet. S’expatrier en famille au Canada, nous en parlons depuis des années, et nous n’avons jamais été autant serein dans notre choix que depuis que nous avons officialisé celui-ci.

Partir s’expatrier en famille au Canada, cela engendre quoi?

Pour notre part, cette annonce nous a permis de vraiment prendre conscience de l’ampleur de la tâche. Tout quitter avec une famille complète à charge, ça se prépare! Tout d’abord, la mise en vente de notre maison. Un choix qui s’est vite imposé comme une évidence. Plus d’attache matériel. Pas de stress avec la gestion d’une location à distance. Nous serons LIBRES! Libres de nos choix, de choisir notre point de chute, de ne dépendre de rien… Mais qui dit vente de notre bien immobilier, dit vente de tout ce qu’il contient…Et c’est ici que les choses sérieuses ont commencé!

Vendre nos biens matériels

7 mois, c’est court et long à la fois. Nous sommes vraiment très impatients de partir, mais il reste encore beaucoup de choses à régler, et quelques fois, nous avons l’impression que nous n’allons jamais arriver à tout faire. Pour anticiper au mieux, nous avons, durant plusieurs jours, fait un état des lieux complets de nos biens matériels. Et bien que nous ayons adopté un mode de vie où nous régulons un peu mieux nos achats, pour ne pas vivre dans une maison encombrée, celle-ci reste encore “pleine”.

Après avoir listé nos biens, nous avons décidé de mettre en “pré-vente” ceux-ci. Il nous est difficile de nous séparer de beaucoup de choses actuellement et de vivre en mode “camping” durant les 6 prochains mois. Nos enfants seraient chamboulés, nos bêtes à poils aussi et le quotidien ne serait pas forcément des plus pratiques. Tout ce qui ne nous sert plus est vendu immédiatement, tout ce que nous avons besoin durant les prochains mois est réservé et partira à quelques semaines du départ.

Ce concept nous a permis de vendre nos articles sans stress et surtout sans devoir les “brader”. Car oui, nous allons devoir tout recommencer de l’autre côté de l’Atlantique, alors il faut que nous ayons une trésorerie cohérente pour faire cela… Nous avons utilisé dans un premier temps Facebook, en créant un groupe avec nos connaissances. Peu ou pas de photos, les personnes conviés connaissent notre maison pour la plupart. Cela nous a permis de pré-vendre beaucoup de nos biens.

Par la suite, nous avons prévu d’organiser un vide maison, à quelques semaines de notre départ, pour vendre les dernières pièces. En attendant, nous ne gardons rien de superflus, tout ce qui peut partir, doit partir! Facebook, Vinted et Le Bon coin sont devenus nos amis.

Préparer les rendez-vous médicaux

Soyons honnêtes, nous ne partons pas dans un pays sous-développé. Toutefois, nous prévoyons de faire un check-up complet avant de partir, afin de limiter au mieux les mauvaises surprises dès nos premiers mois à Montréal. Les délais de rendez-vous étant souvent long en France pour les spécialistes, il était temps de prévoir ceux-ci! Ophtalmologue, gynécologue, dentiste, toute la famille va y passer! Cela permet aussi de prévoir les ordonnances pour les petits, le temps de prendre nos marques une fois sur place et ne pas être à court de leur traitement de fond.

Si vous avez des animaux, ne les négligez pas! Vaccination, check-up et stérilisation sont à prévoir pour partir serein.

Préparer sa trésorerie

Et oui, pas de surprise, s’expatrier en famille au Canada, cela coûte cher. Il existe plusieurs options pour minimiser le coût de celle-ci, mais cela reste toutefois onéreux. Pour notre part, comme évoquer dans mon premier billet sur notre expatriation, nous prévoyons de faire partir un petit container. Pas très gros, mais suffisant pour emporter mon matériel informatique et de couture, une bonne partie des affaires des enfants, notamment leur lit superposé que nous aimons tant, et quelques objets auquels nous tenons. En soi, cela ne devrait pas dépasser les 5/6m2.

À ces dépenses, il faut aussi prévoir le coût des billets d’avion, les différents achats à faire avant le départ, comme les valises, ou les caisses de transport pour nos animaux. Cela peut paraitre anodin, mais mis bout à bout, les sommes commencent à être rondelettes! Alors on économise, on se sert des anniversaires et de Noël pour bien choisir des cadeaux utiles et tout va bien se passer! Je vous ferais un retour complet des coûts engendrés une fois que nous serons partis, si cela peut vous servir à franchir le cap.

Réserver nos billets

Un moment important, mais qui était nécessaire! Il y a deux équipes à ce petit jeu… Les early-booking, qui réservent tôt, et les “last-minute”. Pour notre part, nous avons réservé au plus vite. La date de notre départ étant très proche des grandes vacances d’été, la demande est plus importante que si vous partez en plein mois d’octobre…Nous avons donc validé ceux-ci et cela a permis de checker un point de plus sur notre to-do list, et surtout de ce dire que le 1er Juillet 2020, nous serons dans l’avion! Pour ce faire, j’ai élaboré un tableau comparatif – forcément -, pour ainsi visualisé les meilleurs tarifs.

Nous avions deux possibilités. Partir de Lyon, l’aéroport le plus proche de notre domicile, ou partir de Paris. Les deux villes proposant des vols directs, nous avons privilégié Lyon. Partir de Paris engendrait des coûts supplémentaires de transport et d’hébergement qui rendait l’addition plus élevée.

Ensuite, le choix des compagnies. Pour notre part, nous partons avec un critère non négligeable. Nous emmenons avec nous notre chien, un chow-chow et notre chat, un persan. Deux races qui ne sont pas acceptées par toutes les compagnies aériennes de part leurs morphologies et les possibles complications respiratoires liées au stress. À ce jour, six compagnies proposent des vols direct France-Montréal. Air Canada, Air Transat, Corsair, Level, Air France et Luftansa. Une fois triées celles proposant des vols directs depuis Lyon et acceptant les animaux, seul Air Transat reste en liste! C’est donc naturellement que nous avons jeté notre dévolu chez eux. La compagnie a en plus une bonne réputation et des tarifs assez compétitifs vis à vis des autres compagnies, et surtout aucunes contradictions contre les races de nos animaux, contrairement à Air France par exemple.

Pour ceux qui partent en rentrant dans la catégorie des PVT, JP, JP-VIE, Stage-coop ou les permis d'études,  n'oubliez pas de jeter un coup d'oeil sur le site des pvtistes.net. Un partenariat avec la compagnie Air Transat peut vous 
permettre de bénéficier d'un bagage de 23kg offert!

Préparer son déménagement

 

Nous avons fait appel à plusieurs compagnies de déménagement international. Et cela n’a pas été simple… Pour notre part, nous avons opté pour un déménagement par cargo. Le fret aérien à l’avantage d’être plus rapide, mais le poids exact de notre cargaison nous était demandé. Nous n’avions ni le temps, ni l’énergie de faire cela. À contrario, en cargo, c’est le volume qui importe, le poids n’entre pas en jeu. De ce fait, nous avons pu faire estimé le volume grâce à une liste de nos biens. Le volume exact facturé sera défini lors du retrait à notre domicile.

Après études des différentes propositions, nous avons choisi la compagnie Gallieni. C’est la seule, et je dis bien la seule compagnie parmi les dizaines sollicitées qui nous a répondu dans un délai rapide, s’est à dire moins de 48h. Chaque retour de mail était suivi, et cohérent. Cela peut paraitre stupide, mais nous avons eu des mails soient aux retours très long ( plus d’une semaine voir inexistant), soit complètement à côté de nos questions ( donc des réponses “toutes prêtes”). Leurs tarifs nous paraissent cohérents et leurs services sont à ce jour parfait. Un retrait à notre domicile, une livraison sur Montréal, des réponses claires à nos questions, etc. Nous allons croiser les doigts très fort pour ne pas avoir de mauvaises surprises. Je ferais un compte rendu une fois nos affaires récupérées, mais cette fois si, à Montréal!

Et après?

Plusieurs tâches restent à faire, la liste est encore longue pour avant de pouvoir s’expatrier en famille au Canada. Voici un aperçu de ce que nous prévoyons de valider:

  • terminer les démarches pour les visas
  • terminer la validation pour l’école de mon mari
  • faire les démarches d’inscriptions pour l’école et la garderie
  • trouver notre logement
  • et bien d’autres encore!

À très vite pour le bilan des M-6!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *